nouveau site de la SNTF 3
[url=http://sntf.forumactif.com/post?f=1&mode=newtopic]http://sntf.forumactif.com/post?f=1&mode=
http://sntf.forumactif.com/post?f=1&mode=newtopic
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Août 2018
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Partenaires

créer un forum

      

لعبة كرة القدم
لعبة الضربات الحرة
لعبة الضربات الحرة
لعبة كرة القدم
لعبة الضربات الحرة
لعبة الضربات الحرة

Un prestigieux parcours syndical 60e anniversaire de la création de l’UGTA

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

23032018

Message 

Un prestigieux parcours syndical 60e anniversaire de la création de l’UGTA





         

1re Partie
Créée le 24 février 1956 par la direction du FLN (Front de libération nationale) au lendemain de la fondation de l’Union syndicale des travailleurs algériens, (USTA), messaliste, l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA)venait sceller un jalon du processus de lutte et de maturation de la conscience politique et sociale des travailleurs algériens aux prises avec l’oppression politique et l’exploitation économique de la colonisation. A sa création, l’UGTA  comptait parmi ses membres fondateurs d’illustres moudjahids et chouhadas, mais toujours vivants dans la mémoire collective des Algériens, à l’instar de  Aïssat Idir, Mohamed Flissi; Ben Khedda, Benaissa Atallah, Abane Ramdane et Hassen Bourouiba. Dirigée par Aïssat Idir, son premier secrétaire général, l’UGTA, qui comptait dans sa direction d’anciens dirigeants de l’UGSA, de tendance communiste, en majorité des Européens, se dotera le 7 avril 1956 de sa  propre publication : L’Ouvrier algérien. Dans son premier numéro, l’UGTA définira les axes stratégiques de son  programme qui reste toujours  d’actualité : - donner à la lutte ouvrière de notre pays une orientation stratégique conforme à ses aspirations, c’est-à-dire une révolution dans les domaines politique, économique et social,      
- forger une conscience ouvrière qui rende les travailleurs aptes à lutter contre tous les exploiteurs sans distinction aucune,                                                                                            
- bannir toute discrimination dans la défense de la classe ouvrière,                                          
- orienter la lutte des travailleurs pour arracher de meilleures conditions de vie et le plein emploi.

                                                        Au  cœur de la Révolution
La création de l’UGTA répondait à l’objectif stratégique de la Révolution de se doter d’une organisation syndicale ayant pour mission de faire participer les travailleurs à la lutte libératrice. C’est ainsi que quelque 100 000 travailleurs y adhérèrent dès les premières années. En 1956, l’UGTA réussit à se faire reconnaître par le Comité exécutif de la CISL (Confédération internationale des syndicats libres) réuni du 2 au 9 juillet à Bruxelles, comme syndicat unique   des Algériens. Cette affiliation,  elle la doit au soutien d’Irving Brown, le représentant du puissant syndicat américain AFL-CIO ainsi qu’à la position du syndicaliste tunisien Ben Salah. Après cette reconnaissance, l’UGTA participera activement à  toutes les grèves initiées par le  FLN, notamment celle du le 5 juillet du 23 octobre et du 23 novembre 1956. Mettant à profit l’ouverture de la session de l’ONU et le débat à l’ONU sur l’Algérie du 25 janvier au 4 février 1957, l’UGTA s’engage dans la grève des 8 jours décidée par le FLN. Une grève patriotique soutenue par l’Union générale des syndicats algériens (UGSA) (ex-CGTA)  avant que ses membres ne rejoignent à titre individuel les rangs de l’UGTA.

La répression contre les syndicalistes se faisait plus forte par l’emploi d’explosifs, causant des morts et des dégâts matériels ainsi que de nombreuses arrestations. Le treizième et dernier numéro de l’Ouvrier algérien, qui paraitra clandestinement en Algérie, explique qu’il s’agit de « plébisciter le FLN, unique porte-parole de l’ALN et guide aimé, éprouvé et lucide de la Révolution algérienne bientôt triomphante… La classe ouvrière algérienne déclenchera ce combat exaltant avec sang-froid, unité, discipline, héroïsme, confiance». Persécutéé par l’armée coloniale, la direction dirigeante de l’UGTA sera renouvelée sept fois. L’arrestation de certains de ses cadres dirigeants, en janvier 1957, et l’exil pour d’autres, partis rejoindre la Fédération du FLN à l’extérieur, obligera l’UGTA à activer dans la clandestinité. En dépit de la mort de Aïssat Idir, le 26 juillet 1959 des suites des tortures qu’il avait subies à la prison de Serkadji, anciennement Barberousse, l’UGTA poursuivit la résistance en plongeant dans la clandestinité et en élisant domicile à Tunis. Elle apporta une extraordinaire contribution à la mobilisation et à la réussite de la grève des huit jours, en 1957. Pour la petite histoire, le logo de l’UGTA est représenté par un cercle comprenant un croissant avec le nom de la Centrale en toutes lettres et le sigle UGTA. Au centre de ce logo, bilingue dans tous les usages, figuraient deux mains se joignant en signe de solidarité. Les cartes d’adhérents énonçaient les principes de l’organisation: Liberté, Solidarité, Travail. Ce fut Boualem Bourouiba qui présenta un projet à ses compagnons et ce fut son frère Mahieddine, employé au bureau de dessin des ateliers du Hamma des chemins de fer, qui le réalisa.
                                                                                                   Signé/YB

                                                     
                               
             
avatar
l'éloge de l'ombre

عدد المساهمات : 119
نقاط : 449
تاريخ التسجيل : 27/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum